Woouf

Vaccination : ce que votre vétérinaire ne vous dira pas

La vaccination de nos animaux est au centre de nos préoccupations lors des visites chez le vétérinaire. Par contre, plusieurs d’entre nous (incluant même certains vétérinaires) sommes mal informés sur le sujet. J’ai donc pour but tout au long de cet article de rétablir certains faits et surtout, d’expliquer pourquoi les protocoles de vaccinations actuels sont souvent déficients et ce qui peut être fait en remplacement ou complément de la vaccination pour assurer la protection de votre chien.

La différence entre vaccination et immunisation

Pour commencer, il est important de savoir faire la différence entre vaccination et immunisation.

Lorsqu’un animal est immunisé, cela signifie qu’il est protégé contre la maladie. À ce moment, si l’animal entre en contact avec la maladie, son corps produira les anticorps nécessaires pour détruire la maladie.

La vaccination, quant à elle, concerne seulement le fait de donner le vaccin (l’injection). Dans ce sens, vacciner un animal n’est pas une garantie qu’il sera immunisé, car nous ne savons pas si le vaccin va « pogner ». Plusieurs raisons peuvent faire qu’un vaccin ne créera pas automatiquement l’immunité, nous verrons plus loin pourquoi. Nous pouvons donc affirmer que l’immunisation est le but de la vaccination mais que ce n’est pas un résultat automatique (vaccination  ≠  immunisation).

Si les vétérinaires étaient vraiment intéressés à s’assurer que les animaux sont immunisés (ce qui est le but de la vaccination), ils seraient les premiers à faire la publicité des tests de titrage d’anticorps (titer test en anglais). Vous n’avez jamais entendu parler de ce test? C’est bien là tout le problème (et le but de cet article)!

Au lieu de vérifier si l’animal est immunisé, les vétérinaires préfèrent revacciner chaque année ou aux trois ans, dépendamment de leurs croyances. Tout ça, sans jamais avoir la preuve que la vaccination est : 1) nécessaire et 2) fonctionne sur cet animal.

Pourquoi les vétérinaires vaccinent au lieu de vérifier si l’animal est encore protégé?

Principalement : pour l’argent. Les vaccins sont très payants pour les vétérinaires. La marge de profit sur un vaccin est très élevée: un vaccin vendu $20 leur coûte en réalité moins que quelques dollars. Vacciner moins souvent signifierait donc moins de revenus, alors que la vaccination compte pour une grande part des revenus d’une clinique. Une estimation conservatrice serait d’affirmer qu’environ la moitié des visites de chiens et le ¾ des visites de chats en clinique vétérinaire concernent la vaccination.

Donc en considérant la marge de profit, le nombre de visites reliées à la vaccination et la durée très courte de ces visites, nous pouvons en déduire que la « business » de la vaccination est très lucrative! Je n’irai jamais jusqu’à dire qu’ils sont dans ce milieu pour l’argent ou qu’ils n’ont pas le bien-être des animaux à cœur mais ils ont tout de même une entreprise (local, employés, fournisseurs) à faire vivre. Nous l’oublions trop souvent mais les vétérinaires ne sont pas des missionnaires!

Cela dit, ils ne sont pas les seuls à blâmer. Les vétérinaires s’appuient aussi sur les consignes du fabriquant des vaccins. Par contre, ce que peu de gens savent, c’est que les fabricants testent seulement leurs vaccins pour une très courte durée (quelques mois) puisqu’après tout, ils veulent en vendre! Ce n’est donc aucunement dans leur intérêt de faire des études pour prouver que le vaccin protège l’animal pour 7 ou 9 ans ou même plus…

Finalement, je crois aussi que la formation des vétérinaires en vaccination est biaisée puisqu’elle est faite…par les compagnies pharmaceutiques! Il est donc normal sachant cela que les risques ne leur soient pas tous expliqués en détail et que la majorité des vétérinaires croient qu’il n’y a que du bon à vacciner nos animaux. Après tout, qui forme les médecins au sujet de la vaccination sur les humains? Certainement pas le fabriquant des vaccins!

À la base du problème, il y a un proverbe ancien qui pourrait nous expliquer facilement pourquoi les vétérinaires sont très peu enclins à laisser tomber la sur-vaccination :

« Il est impossible de réveiller quelqu’un qui fait semblant de dormir »

Deux types de vaccins

Il existe deux catégories de vaccins : les vaccins de base (core vaccines en anglais) et les vaccins optionnels (non-core vaccines). Cet article traitera premièrement des vaccins de base qui sont pour protéger des maladies suivantes : distemper (maladie de Carré), parvovirus, adenovirus (hépatite) et rage. Vers la fin du document, nous aborderons également les vaccins optionnels en plus de voir les dangers de chacun.

La différence d’immunisation entre les vaccins de base et les vaccins optionnels

Lorsque vacciné avec succès contre les maladies de base (lire : les maladies importantes), l’animal reçoit ce qu’on appelle une immunité stérile. Cette immunité dure un minimum de 7 à 9 ans et souvent même pour toute sa vie, selon la maladie (distemper, parvovirus ou adenovirus). Cela signifie que l’animal ne pourra pas se faire infecter par la maladie si jamais il la contracte. Pour ce type de vaccin, l’animal est soit protégé ou non protégé. C’est un peu comme pour une femme enceinte : une fois enceinte (même en essayant fort), elle ne pourra pas l’être plus! C’est pareil pour l’animal : une fois protégé, il ne pourra pas l’être plus, même en revaccinant.

Une fois que nous avons la confirmation que l’animal est immunisé, il le sera généralement pour toute sa vie. Il n’est donc aucunement utile de le revacciner pour ces maladies. Au contraire, dans ce cas, la vaccination alors qu’elle n’est pas nécessaire ne fera qu’augmenter la possibilité de problèmes, sans apporter aucune protection supplémentaire. De plus, si l’animal est immunisé pour la vraie maladie, il le sera aussi pour le vaccin, puisque le vaccin est en fait un échantillon de la maladie mais très affaiblie. Ceci occasionnera que le corps, étant immunisé pour la maladie, va détruire le vaccin ce qui rend la revaccination inutile.

En plus simple : revacciner un animal qui est déjà protégé n’augmentera aucunement son niveau de protection. C’est la plus grande erreur que nous faisons en terme de vaccination : nous pensons qu’en revaccinant pour la base (les fameux « rappels » à des intervalles déterminés par votre vétérinaire), on rajoute de la protection dans son corps comme nous pouvons rajouter de l’essence dans une voiture. C’est complètement faux, le corps ne fonctionne pas comme ça! Il est protégé ou il ne l’est pas, c’est tout.

Pour ce qui est des vaccins autres que les vaccins de base (non-core) tels que : bordetella (toux de chenil), influenza, leptospirose, giardia, corona ou lyme, ces vaccins protègent généralement pour environ un an (parfois même beaucoup moins!) et le niveau de protection baisse à mesure que les mois passent. Dans ce cas, oui on pourrait faire un comparatif avec mettre de l’essence dans une voiture : plus on roule (et que le temps passe), moins il reste d’essence. C’est pour cette raison que pour les vaccins optionnels (non-core), oui il faut revacciner sur une base régulière.

C’est donc là la différence majeure entre les vaccins de base (distemper, parvovirus et adenovirus) et les autres. Les vaccins de base protègent pour toute la vie alors que les autres protègent pour un certain temps (souvent très court).

Ces deux types bien différents de vaccins sont aussi présents chez l’humain, par exemple : les vaccins contre la polio, les oreillons, la rubéole et la rougeole protègent pour toute la vie après avoir été donné une fois. Par contre, les vaccins contre le tétanos ou celui pour la grippe durent seulement un certain temps et doivent être redonnés après un certain temps.

Mais pour qui je me prend pour affirmer que les vétérinaires vaccinent trop souvent?

Effectivement, vous serez portés à vous poser cette question et je la comprends parfaitement. Après tout, je ne suis pas vétérinaire et je n’ai pas étudié dans ce domaine. Je suis un propriétaire (je n’aime pas ce mot) de chien, tout comme vous, qui désire ce qui se fait de mieux pour la santé de mon animal.

Je n’ai aucun intérêt financier à y retirer (contrairement aux vétérinaires) et au contraire, il m’en coûte pour l’instant plus cher de prouver que mon chien n’a pas besoin de vaccin que de simplement le vacciner sans me poser de questions. Mais les risques de la sur-vaccination sont bien présents et j’ai décidé de faire tout en mon pouvoir pour offrir le meilleur à mon chien. Je suis curieux de nature et comme c’est un sujet qui m’intéresse, j’ai lu plusieurs livres, articles et études sur le sujet (dont vous pourrez voir la liste à la fin de ce document). Est-ce que votre vétérinaire a lu toutes ces études et ces livres? Probablement pas. Après tout, il a des animaux à soigner…pas moi!

Ma propre vétérinaire (que j’adore) était bien sceptique lorsque j’ai abordé le sujet avec elle la première fois. Comment moi, un gars qui a juste lu sur le sujet, pouvait lui poser des questions censées, au point de lui faire revoir ses positions? Après tout, c’est supposé être ELLE la spécialiste du sujet. Mais à force de lui apporter de la documentation appuyant mes propos et grâce à son ouverture d’esprit, je suis fier de dire que j’ai été le premier client de sa clinique à faire tester mon chien pour savoir s’il était protégé par ses vaccins.

En bref, je me permets de soulever des questions simplement car il n’existe aucune preuve scientifique appuyant les recommandations de vaccination utilisées par les vétérinaires (que ce soit la vaccination annuelle ou aux trois ans comme nous l’avons vu). Il existe par contre des preuves scientifiques irréfutables (les études du Dr. Ronald Schultz) que l’animal est protégé pour la vie et malgré ça, les vétérinaires continuent de fermer les yeux et de vacciner comme dans les années 70 alors qu’aucune recherche n’avait été faite. C’est pourquoi le Dr. Schultz qualifie les procédures actuelles en matière de vaccination de « pratique indéfendable ».

La vaccination est une business, ne l’oublions pas, du même type que la prescription de médicaments pour les humains est une business gérée par les médecins et les compagnies pharmaceutiques!

Critères requis pour vacciner votre animal

Voici les critères qui devraient être respectés en tout temps afin de vacciner votre animal :

  1. L’animal est en santé. En aucun temps un animal malade doit recevoir de vaccin.
  2. Le vaccin sert à protéger d’une maladie dangereuse pour sa vie. La majorité des vaccins (sauf ceux pour la base) protègent pour des maladies mineures qui sont traitables par divers moyens (ex : antibiotiques). Nul besoin de vacciner dans ce cas, les risques étant plus grands que les bienfaits.
  3. Votre animal a des chances d’être exposé à cette maladie, soit par le lieu qu’il habite (ville, région, pays) ou par ses activités (ex : si l’animal va souvent en forêt ou bois dans les cours d’eau).
  4. Le vaccin est considéré sécuritaire et efficace. La majorité ne le sont pas (ils sont généralement un ou l’autre mais rarement les deux)!

vaccination

L’évolution de la vaccination

Dans les années 70, les fabricants de vaccins ont confirmé que ceux-ci protègent l’animal en effectuant des études par exposition (challenge), c’est-à-dire en donnant la maladie à des animaux vaccinés pour observer leur protection. Ces études étaient à chaque fois menées pour quelques semaines ou au mieux, quelques mois. Pour cette raison, ils ont inscrit « revaccination annuelle recommandée » sur les emballages. Non parce que la revaccination est nécessaire mais bien juste parce qu’ils n’ont jamais vérifié! C’est donc pour cette raison que les vétérinaires ont prit l’habitude de vacciner chaque année, personne n’ayant fait d’études plus longues.

C’est là qu’entre en scène un jeune scientifique du nom de Dr. Ronald Schultz. Lui, contrairement aux fabricants de vaccins, il a décidé de la faire cette étude à long terme afin de savoir pendant combien de temps les trois vaccins de base (distemper, parvovirus et adenovirus) protègent l’animal une fois qu’ils sont administrés correctement. À l’aide de son équipe, il a donc testé plus de 1000 chiens de toutes races en les vaccinant avec un des différents types de vaccins disponible sur le marché. Ils ont ensuite mesuré l’immunité de deux façons : par exposition (en exposant l’animal à la maladie) et par titrage (en mesurant le nombre d’anticorps dans le sang).

Cette étude, menée pendant plus de 15 ans l’a porté à conclure que suite à UNE dose de vaccin donnée passé 16 semaines d’âge, les chiens sont protégés au MINIMUM (dans le pire des cas) :

Maladie Protection par exposition Protection par titrage
Distemper Minimum 7 ans Minimum 15 ans
Parvovirus Minimum 7 ans Minimum 9 ans
Adenovirus Minimum 7 ans Minimum 9 ans

Sachant que la majorité des chiens vivent entre 10 et 15 ans, il n’est donc pas faux d’affirmer qu’une fois protégé contre ces maladies, l’animal le sera pour toute sa vie ou au minimum pendant 7 ans.

“Only one dose of the modified-live canine ‘core’ vaccine (against CDV (distemper), CAV-2 (adenovirus) and CPV-2 (parvovirus)) when administered at 16 weeks or older, will provide long lasting (many years to a lifetime) immunity in a very high percentage of animals (95%)” «Are we vaccinating too much? » – Ronald Schultz. JAVMA, No. 4, 15 août 1995, p. 421

Au moment de la sortie de cette étude (il y a maintenant 23 ans), les vétérinaires vaccinaient chaque année, non pas parce que ce qu’ils nomment les « rappels » sont nécessaires mais bien parce que les fabricants n’avaient jamais testé leurs produits plus longtemps que quelques mois! Jusque là, personne ne savait vraiment combien de temps duraient chaque vaccin, alors ils aimaient mieux vacciner plus souvent que pas assez. C’était par contre sans savoir les risques à long terme de la sur-vaccination, que nous verrons plus loin.

Grâce aux recherches du Dr. Schultz, les associations de vétérinaires savaient maintenant que pour les vaccins de base, les vaccins protégeaient pour toute la vie de l’animal. C’est donc suite à ces recherches qu’en 2003 (quand même 8 ans après la sortie de l’étude), l’association des vétérinaires américains (AAHA) a créé un comité spécial de 14 experts. Ce comité (dont faisait partie le Dr. Schultz) a eu comme mandat d’établir les nouvelles recommandations faites aux vétérinaires. Après de longs débats, ils ont finalement statué pour recommander de vacciner…aux 3 ans.

Pourquoi 3 ans? En fait, il n’y a aucune science derrière le choix du 3 ans. C’est tout simplement un compromis. Comme l’indique le Dr. Richard Ford, professeur de médecine à l’Université de la Caroline du nord et membre du comité de l’AAHA:

“It’s completely arbitrary…I will say there is no science behind the three-year recommendation…” Richard Ford, 2003

Par contre, le bon point est que ce même comité a forcé les fabricants de vaccins à effectuer les études pour au moins prouver que les vaccins durent 3 ans et ainsi l’écrire sur l’emballage en remplacement du « revaccination annuelle recommandée ».

En 2006 (soit près de 30 ans après les premières études du Dr. Schultz), l’étiquetage des vaccins fut modifié pour inscrire le 3 ans et les recommandations en matière de vaccination aux vétérinaires ont changées. Ce compromis était encore loin de la vérité (7 ans minimum) mais au moins, c’était un pas vers la bonne direction.

En 2011, devant les études répétées du Dr. Schultz prouvant l’immunité pour la vie (encore aujourd’hui, il poursuit toujours les recherches sur ce même sujet), l’AAHA a une fois de plus corrigé ses consignes en matière de vaccination. Ils recommandent encore la revaccination aux 3 ans mais en ajoutant « Pour les chiens en bonne santé, tous les vaccins de base disponibles sur le marché offrent une immunité protectrice durant au moins 5 ans ».

Encore un compromis…ils sont rendus à 5 ans maintenant mais cette fois-ci ils n’ont pas forcé les manufacturiers de vaccins à faire des études pour changer l’étiquetage, ce qui fait que c’est encore inscrit « 3 ans » sur l’emballage des vaccins.

Cela dits, les vétérinaires ne sont pas obligés de suivre les recommandations de leur association et peuvent encore vacciner à chaque année s’ils le désirent. En fait, selon un fabricant de vaccins, 60% des vétérinaires vaccinent encore chaque année. C’est donc à nous, les propriétaires de chiens à poser les questions ou refuser les vaccins proposés par le vétérinaire. Si leur association dit aux 5 ans, pourquoi iraient-ils à l’encontre de ça? Une seule raison : les revenus associés. Ils savent que sans la « défaite » des rappels de vaccins, vous n’irez pas chez le vétérinaire, ne serait-ce qu’une fois par année pour un examen de routine. Ils ont donc besoin d’une raison pour vous faire venir à la clinique sur une base annuelle et se servent de la vaccination pour arriver à ce but.

“Profits are what vaccine critics believe is at the root of the profession’s resistance to update its protocols. Without the lure of vaccines, clients might be less inclined to make yearly veterinary visits. Vaccines add up to 14 percent of the average practice’s income (AAHA reports) and veterinarians stand to lose big.  I suspect some are ignoring my work. Tying vaccinations into the annual visit became prominent in the 1980s and a way of practicing in the 1990s. Now veterinarians don’t want to give it up.” Ronald Schultz

Vous êtes curieux de savoir de quelle façon le Dr. Schultz vaccine ses propres chiens? Et bien il donne la base uniquement (jusqu’à 16-18 semaines) et ensuite…plus jamais aucun vaccin. On parle ici de la personne ayant le plus de connaissances en vaccination animale au monde, que ce soit concernant la durée de la protection (immunité) ou les risques découlant de la vaccination.

Pourquoi vaccine-on les chiots à plusieurs reprises dans un court laps de temps au début de leur vie?

Un chiot naissant n’est pas naturellement immunisé contre les maladies. Il le devient par contre en buvant le premier lait de sa mère suivant sa naissance. Ce lait spécial s’appelle le colostrum, qui lui transmettra des anticorps pendant les premiers 12 à 24h. Ces anticorps se nomment les anticorps maternels. Il est important de savoir que le chiot recevra seulement les anticorps pour combattre les maladies pour laquelle la mère a été soit vaccinée ou exposée. Par exemple, si la mère n’a jamais été vacciné contre le parvorirus (ni exposée), elle ne pourra pas transmettre ces anticorps (qu’elle n’a pas) à son chiot.

Tant que le chiot sera immunisé par les anticorps maternels, un vaccin commercial (du vétérinaire) n’aura aucun effet puisque les anticorps provenant de la mère sont plus « forts ». Cela dit, il n’y a pas de science exacte pour savoir à quel moment précis les anticorps maternels cesseront d’être efficaces. Pire, il y a une période où les anticorps maternels ne seront pas assez forts pour protéger le chiot mais trop forts pour permettre au vaccin commercial de fonctionner. Cette période s’appelle la fenêtre de susceptibilité.

La fenêtre de susceptibilité va varier d’une portée à l’autre et même d’un chiot à l’autre issue de la même portée. Une étude a démontrée qu’à six semaines, 25% des chiots peuvent être immunisés avec un vaccin commercial. À 9 semaines, 40% répondront au vaccin. Ce chiffre augmente à 60% à 16 semaines et finalement à 18 semaines, 95% des chiots seront protégés par le vaccin.

C’est donc pour tenter d’assurer la meilleure protection possible au chiot (et pour réduire au maximum la fenêtre de susceptibilité) que l’on vaccine à trois reprises : 9-10 semaines, 14 semaines et finalement 16-18 semaines. Les trois vaccins de chiot sont donc hyper importants si on veut s’assurer que notre chien sera à risque (causé par la fenêtre de susceptibilité) le moins longtemps possible.

Finalement, on ajoute généralement le vaccin de la rage à 20 semaines. Il est très important de séparer le vaccin pour la rage des autres vaccins puisque c’est le plus difficile pour le chiot (le plus assommant). Assurez-vous donc de ne jamais donner le vaccin de rage en même temps que n’importe quel autre vaccin.

Le vaccin contre la rage

Un test de titrage (que j’expliquerai sous peu) est également possible pour vérifier le niveau de protection contre la rage. Ce test est encore moins connu que ceux pour les trois autres vaccins de base principalement parce qu’aux États-Unis, le vaccin de la rage est obligatoire par la loi, ce qui n’est pas le cas ici au Canada. Comme les américains n’ont pas le choix de donner le vaccin (il en existe deux : un qui est prouvé efficace pour un an et l’autre pour 3 ans), peu de gens vont tester leur chien puisque selon la loi, même un test de titrage ne peut remplacer le vaccin pour ce qui est de la rage. Ici, comme nous n’avons pas cette obligation légale de vacciner contre la rage, le test de titrage pourrait être une bonne option.

Concernant la durée de protection réelle, en 1992 une étude française a prouvée que l’immunité de ce vaccin dure au minimum 5 ans. L’équipe du Dr. Schultz travaille actuellement à prouver la même chose. Ils ont déjà prouvé, comme l’étude française, que le vaccin protège pendant 5 ans et ils sont en route pour vérifier si la protection dure 7 ans. Une fois qu’ils auront les conclusions de leur étude, ils tenteront de faire changer les lois américaines pour enfin arrêter de vacciner à chaque année…comme ils l’ont fait il y a près de 15 ans pour les trois autres vaccins de base.

Comment avoir la confirmation qu’un animal est bien protégé par ses vaccins de base?

Il existe un test sanguin à faire qui permet de déterminer le niveau de protection d’un animal aux trois maladies de base (distemper, parvovirus et adenovirus). Le test s’appelle un titrage ou une sérologie (titer test en anglais). La procédure est très simple : le vétérinaire fait une prise de sang et l’envoi ensuite au laboratoire pour analyse.

À ce jour, très peu de vétérinaires proposent ce test à leurs clients. Pourtant, non seulement ce test permet de savoir si oui ou non l’animal est protégé pour chaque maladie séparément mais il permet aussi de savoir son niveau de protection. Les résultats nous permettent donc de prendre la meilleure décision possible en matière de vaccination, en sachant exactement ce que l’animal a besoin. Par exemple, un chien peut très bien être encore protégé pour le parvovirus mais ne plus l’être pour le distemper.

Il est quand même dommage de voir que nous sommes si rapide pour donner des vaccins mais si lents pour passer les tests pour savoir si notre chien a besoin de ces vaccins…

De plus, il ne faut pas oublier que vacciner un animal n’est pas une garantie qu’il sera protégé (que le vaccin va «fonctionner»). On pourrait donc passer notre vie à vacciner un animal en pensant qu’il est protégé mais sans jamais avoir la confirmation qu’il l’est. Le test permet d’avoir cette confirmation. Moi en tant que propriétaire de chien, le test de titrage me rassure drôlement plus au sujet de mon chien que de simplement le vacciner en me croisant les doigts que le vaccin va fonctionner!

Pourquoi le titrage (titer test) n’est pas plus populaire?

Principalement pour une question de coûts mais aussi car le test est peu connu. Il en coûte plus cher de faire passer ce test que de vacciner. Par contre, en sachant qu’une fois confirmé, le chien n’aura plus besoin d’être vacciné pendant de nombreuses années, voir pour le reste de ses jours, le test peut donc s’avérer une économie si on pense à long terme.

À titre d’exemple, le test de titrage chez mon vétérinaire coûte $240 (par le laboratoire IDEXX qui fait une grande partie de leurs analyses). Un vaccin quant à lui coûte environ $20 sauf qu’il vient obligatoirement avec une évaluation du chien (pour s’assurer qu’on ne vaccine pas un chien en mauvaise santé), ce qui fait monter la facture autour de $75-90 selon la clinique. Nous pouvons donc voir qu’au bout de trois vaccinations nous arrivons au même montant que le titer test. Par contre, je le rappelle, la vaccination n’offre aucune garantie que l’animal est bien protégé, alors que le titrage lui, prouve le niveau de protection pour chaque maladie.

Pour ceux qui voudraient économiser sur ce test, le laboratoire du Dr. Schultz au Wisconsin offre le test pour $45 (US). En ajoutant le taux de change, le mandat poste en US, la prise de sang par le vétérinaire et l’envoi express en deux jours : ça fait un total d’environ $140 (canadien). Sinon, la clinique vétérinaire holistique de Magog offre le test pour environ 40$. Finalement, le meilleur deal présentement sur le marché pour un titrage est chez l’organisme Protect The Pets, fondé par le vétérinaire John Robb. Pour $75 US, vous aurez un titrage pour les trois maladies de base PLUS celui de la rage! C’est vraiment une offre extraordinaire! 

Encore mieux, depuis peu, les vétérinaires peuvent effectuer le test eux-mêmes, en clinique et avoir les résultats en 15 minutes. Les vétérinaires ont donc accès à deux tests de ce type, fabriqués par deux compagnies compétitrices : le TiterCHEK et le Vaccicheck. La bonne nouvelle : le coût de ce test en clinique est environ le même que celui d’un vaccin!

Dans un monde idéal :

  1. On croit que votre chien est dû pour ses vaccins. L’animal se présente chez le vétérinaire.
  2. On effectue le test en clinique (TiterCHEK ou Vaccicheck).
  3. S’il est protégé pour toutes les maladies testées, on ne vaccine pas et la visite se termine là. S’il n’est pas protégé, on le vaccine mais uniquement pour la ou les maladies nécessaires.

Malheureusement, nous sommes loin de là puisqu’en réalité, aucune clinique ne tient le test en stock. Leur raison : « nous n’avons pas assez de demande pour l’acheter ». Personnellement, je leur réponds « mais comment voulez-vous avoir de la demande si les gens ne savent même pas que ce test existe? ». Maintenant que vous savez que ça existe, vous savez ce qu’il vous reste à faire : demandez-le!

L’important à se souvenir est que VOUS êtes la meilleure personne pour choisir ce qu’il y a de mieux pour votre animal. Si votre vétérinaire n’a même pas l’ouverture d’esprit pour écouter vos questions suite à la lecture de ce document, changez de clinique! Personnellement je me dis que si mon vétérinaire n’est même pas prêt à discuter de vaccination avec moi, il ne mérite simplement pas de traiter mon chien…

Le problème avec les vaccins utilisés au Québec

Les vaccins disponibles ici (au Québec) sont malheureusement toujours sous formes de combo (avec des noms comme DHPP), ce qui veut dire que plusieurs vaccins (maladies) sont injectés ensemble; puisque c’est plus pratique pour le vétérinaire et moins cher pour le client. Par contre, si on a la santé de notre chien à cœur, c’est la pire chose à faire!

Pour mieux vous expliquer, lorsqu’un vaccin « de base » est donné chez le vétérinaire, la seringue du vaccin contiendra en réalité de 4 à 7 maladies telles que : distemper, parvovirus, adenovirus 1 et 2, parainfluenza, leptospirose, corona, etc…Tout ça dans UNE injection. Pas surprenant que nos chiens réagissent fréquemment dans les heures ou les jours qui suivent un vaccin!

Imaginez vous faire vacciner pour: le tétanos, l’hépatite, la méningite, la rage et la tuberculose DANS LA MÊME INJECTION. Imaginez la surcharge que ça ferait à notre système immunitaire. Je suis loin d’être certain qu’on se sentirait en forme après…mais c’est pourtant ce qu’on fait à nos animaux.

Le but d’un vaccin est d’envoyer une maladie, en petite partie et très affaiblie dans notre corps pour que notre système immunitaire produise des anticorps (ce qui nous protège). En utilisant des injections combo (4 à 7 maladies dans la même injection), notre système immunitaire ne sait plus où donner de la tête, étant attaqué de toute part par plusieurs maladies différentes.

De plus, les vaccins sont toujours testés séparément par le fabriquant (pour déterminer les effets secondaires) alors qu’ils sont toujours donnés sous forme de combos. Pire, les tests sont toujours effectués sur des races reconnues pour avoir très peu de réactions possibles (comme le beagle).

En bref : les vétérinaires utilisent ces injections combos car c’est plus simple pour eux, moins cher pour le client (vous) mais c’est en fait la pire chose qu’on peut faire si on se soucie du bien-être de notre chien. Pour faire un comparatif : il serait plus simple pour nous de manger tous nos repas de la journée en une seule fois…mais est-ce l’idéal?

Le seul avantage que je peux trouver d’utiliser les vaccins combos serait pour diminuer la quantité d’adjuvant (produit chimique servant à conserver les vaccins et stimuler le système à produire de la protection) injecté au chien lors des doses de chiot (où on souhaite vacciner pour plusieurs maladies en même temps). Mais même là, vous verrez plus loin qu’il existe des vaccins sans adjuvants!

Idéalement (du moins une fois les vaccins de base passés), chaque vaccin devrait être donné séparément, à 2-3 semaines d’intervalle. Par exemple: seulement Distemper pour la 1re injection si l’animal en a besoin. 3 semaines après: seulement Parvo, etc…En employant des injections combo, on augmente donc énormément les chances de réactions.

Les dangers de la vaccination

Chaque vaccin, peu importe la fréquence à laquelle il est donné, comporte un danger de réaction de la part du chien. Ces réactions surviennent soit dans les minutes, les heures ou les jours (maximum 3 jours) qui suivent l’injection. Certains vaccins provoquent plus de réactions que d’autres comme par exemple celui de la rage et de la leptospirose qui sont les pires.

Les petites races sont également plus sujettes à faire des réactions aux vaccins. À ce sujet, une étude a été faite chez les petites races et chaque fois qu’on ajoute UN vaccin de plus dans la même injection, on augmente les chances de réaction au vaccin de 27%. En sachant que les vaccins ici contiennent généralement 4 ou 5 maladies…faites le calcul!

Finalement, une autre chose qu’il est important de savoir est que la dose du vaccin donné n’est pas ajustée en fonction du poids du chien. Cela signifie donc qu’un chihuahua reçoit la même dose de vaccin (et de produits chimiques!) qu’un grand danois. Ce n’est donc pas surprenant que les petites races réagissent plus fréquemment. Ce principe fait de la vaccination le seul produit pharmaceutique qui n’est PAS ajusté au poids du patient. Ceci ne fait aucun sens d’un point de vue scientifique.

Les dangers de vacciner trop souvent (sur-vaccination)

Nous avons vu que les chances de réactions allergiques suite au vaccin sont possibles et augmentent considérablement en utilisant des vaccins sous forme combo. Cela est sans compter les dommages à long terme de vacciner trop fréquemment (à chaque année ou aux trois ans par exemple).

Tout d’abord, il faut savoir que les chiens réagissent en fait à une partie du vaccin qui s’appelle l’adjuvant. L’adjuvant est en fait un produit chimique contenu dans le vaccin servant à stimuler la réponse du système immunitaire. Les trois principaux adjuvants sont l’hydroxyde d’aluminium, le phosphate d’aluminium et le phosphate de calcium. Pour votre information, l’Organisation Mondiale de la Santé a classé l’hydroxyde d’aluminium grade 3 sur un total de 4 grades cancérigènes; le grade 4 étant la classe des produits les plus cancérigènes existants…et c’est ce qu’on injecte à nos chiens pour les protéger! Les vaccins de la rage, leptospirose et lyme contiennent de l’hydroxyde d’aluminium dans leur composition.

De nos jours, 50% des chiens adultes décèdent du cancer. En 2010 seulement, la compagnie VPI (le plus gros assureur d’animaux domestiques aux États-Unis) a reçu 71 000 demandes de réclamations de cancer. De plus, plusieurs chiens en vieillissant souffrent de maladies chroniques (diabète, maladie du système immunitaire, etc…). Pourtant, nous n’avons jamais autant vacciné nos chiens. Quelqu’un doit mettre les morceaux du casse-tête ensemble! Avouons-le, les choses ont de bonnes chances d’être reliées.

Les effets secondaires reliés à la vaccination

Voici un tableau répertoriant les réactions possibles reliées à la vaccination. En général, vous remarquerez que les réactions fréquentes surviendront surtout à court terme suivant l’administration du vaccin, alors que les réactions modérées et (surtout) les réactions sévères seront principalement des répercussions à plus longs termes sur la santé du chien.

Les réactions fréquentes:

  • Léthargie
  • Perte de poil ou changement de couleur au site d’injection
  • Fièvre
  • Raideur
  • Douleur
  • Perte d’appétit
  • Conjonctivite
  • Éternuements
  • Ulcères buccaux

Les réactions modérées:

  • Immunosuppression
  • Changement de comportement
  • Perte de poids
  • Réduction de la production de lait
  • Boiterie
  • Abcès
  • Urticaire
  • Œdème facial
  • Détresse respiratoire

Les réactions sévères:

  • Sarcome (tumeur cancéreuse) au site de l’injection
  • Anaphylaxie
  • Arthrite et polyarthrite
  • Ostéodystrophie hypertrophique (maladie des os)
  • Anémie hémolytique auto-immune
  • Thrombocytopénie à médiation immunitaire
  • Maladie de la glande thyroïde
  • Maladie dont le même vaccin était supposée protéger l’animal
  • Myocardite (maladie du cœur)
  • Convulsions
  • Avortement
  • Anomalies congénitales

boston

Les vaccins optionnels (non-core) :

Il est très important de savoir que les vaccins optionnels diffèrent complètement des vaccins de base qui eux, sont essentiels. Les vaccins optionnels ont généralement une efficacité très courte et dans bien des cas, ne devraient pas être donnés; les risques de réactions étant plus importants que les bienfaits qu’ils peuvent apporter pour la gravité des symptômes de la maladie. Voici en détails la majorité des vaccins optionnels :

Maladie Efficacité Durée de l’immunité

Risque et sévérité

des

effets secondaires

Bordetella

(toux de chenil)

Intranasal : moyenne

Injectable : faible

Courte Faible
Parainfluenza

(toux de chenil)

Intranasal : moyenne

Injectable : faible

Modérée Faible
Influenza Inconnue (en attente d’approbation) Inconnue Inconnue
Leptospirose Faible  (moins de 70%) De 2 semaines à 8 mois Très élevé
Lyme Faible 1 an Moyen
Corona Faible Inconnue Faible
Giardia Faible Inconnue Faible

Bordetella:

Le Bordetella est une bactérie qu’on appelle communément la « toux de chenil ».

C’est une toux, traitable avec des antibiotiques. En bref, ce n’est rien de pire qu’un rhume, mais pour les chiens. Pour l’attraper, le chien devra généralement se trouver dans un endroit fermé et non ventilé, comme…un chenil. Il serait donc surprenant que votre chien attrape ça au parc à chiens, à moins d’un contact direct avec un chien infecté…exactement comme un humain attraperait un rhume au contact d’un autre humain infecté! Dans les deux cas, il faut arrêter de penser que c’est une maladie grave…

Il y a deux types de vaccins : un qu’on injecte et l’autre qui est administré par les narines. Celui administré par les narines est plus efficace, mais aucun des deux ne va empêcher l’infection. Ils vont juste atténuer les symptômes. Pour celui injecté : deux doses sont nécessaires (à 3-4 semaines d’interval) et l’animal ne sera protégé que une à deux semaines suivant la 2e injection. De plus, certains spécialistes croient que l’animal NON vacciné combattra plus facilement l’infection que celui vacciné (qui a son système immunitaire affaibli par un vaccin peu efficace).

Aussi, une fois que le chien est guérit de l’infection (les symptômes partent au bout de 6-10 jours), il continue d’être contagieux pendant 6 à 14 semaines. C’est pour cette raison que le Dr. Schultz qualifie la toux de chenil de « maladie non-vaccinable ».


Parainfluenza:

Le Parainfluenza est un virus qu’on appelle communément la « toux de chenil ».

C’est une toux, traitable avec des antibiotiques quoique souvent, les symptômes passent au bout de quelques jours sans médication. En bref, ce n’est rien de pire qu’un rhume, mais pour les chiens.

Pour l’attraper, le chien devra se trouver dans un endroit fermé et non ventilé. Il serait (comme pour le bordetella) donc très surprenant que votre chien attrape ça au parc à chiens!

Le Parainfluenza est généralement inclus dans un combo « de base » alors qu’il s’agit d’un vaccin optionnel (et peu efficace). Il y a 40 sérotypes (variétés) de la maladie et le vaccin (intranasal) protège…pour deux! Et celui injectable est encore moins efficace! Pourtant, on l’inclut dans presque chaque vaccin de base (c’est un des deux « P » dans DHPP).

Celui qu’on administre par les narines protège de la maladie ET de la transmission, alors que celui injectable protège seulement de la maladie et PAS de la transmission (aux autres chiens). Pourquoi alors qu’ils nous imposent le moins efficace des deux?

Pour celui injecté : deux doses sont nécessaires (à 3-4 semaines intervalle) et l’animal ne sera protégé que une à deux semaines suivant la 2e injection, pour une durée de moins de un an. Et on nous inclus ça avec le combo de base…qui est répétable aux 3 ans! Vous voyez le non sens?

Comme le dit le Dr. Schultz : « la toux de chenil est une maladie non-vaccinable ».


Influenza:

L’influenza canine (H3N8) est une grippe et les symptômes sont difficiles à différentier de la toux de chenil. De 20 à 25% de chiens infectés n’auront aucun symptôme. Pour diagnostiquer l’influenza, on doit faire deux analyses de sang : une du sang qu’on croit infecté et une autre 10-14 jours plus tard afin de comparer les deux.

Ce virus est très nouveau : il a apparu en 2003 lorsque des lévriers de course sont tombés malades. Il s’est avéré que le virus a muté des cheveux (qui utilisent les mêmes pistes de course) pour s’attaquer aux chiens. Fait cocasse (et triste à la fois), c’est justement la vaccination de masse des chevaux qui a fait que le virus a muté pour se transmettre aux chiens. Le vaccin a été précipité sur le marché avec une licence « conditionnelle » toujours en attente d’approbation. Ses dangers ne sont donc pas connus. Désirez-vous vraiment que votre chien en soit le cobaye?

Comme pour la toux de chenil, le virus s’attaque principalement aux chiens vivant rassemblés dans de mauvaises conditions de ventilation (chenils, refuges, etc.). Le virus est par contre facilement éliminé par les produits d’entretien ménager usuels des chenils et refuges (ce qui vous montre à quel point ce n’est pas très virulent.

Les experts ne recommandent PAS ce vaccin puisqu’encore une fois le vaccin risque de faire plus de dommages que de bien et avec un bon système immunitaire, le chien se remettra naturellement des symptômes.


Leptospirose:

C’est une infection bactérienne transmise (généralement) par l’urine du rat. Le virus peut aussi être transporté par l’urine des ratons laveurs, du bétail et des chevaux. Il restera actif dans l’eau et si votre chien boit cette eau, il peut transmettre l’infection à l’humain. C’est ce qu’on appelle une zoonose (transmission de l’animal vers l’humain). Les symptômes apparaissent de 4 à 12 jours après l’infection et peuvent inclure: fièvre, vomissements, diarrhée, léthargie et sang dans l’urine. Les reins et le foie sont particulièrement affectés et peuvent provoquer la jaunisse, où le blanc des yeux deviendra jaune.

Par contre, les études ont démontrées que ce vaccin est LE PLUS DANGEREUX pour ce qui est des réactions, principalement pour les petites races. Destruction du système immunitaire, atteinte des reins en moins de 48h, dermatite, atopie, anaphylaxie, allergies, asthme, etc…Une simple recherche sur youtube (leptospirose vaccine reaction) vous montrera des réactions suite à ce vaccin. C’est difficile à regarder mais je vous encourage à le faire si vous considérez ce vaccin car votre chien “boit dans des flaques d’eau”.

Ensuite, il faut savoir que le vaccin ne protège que pour 4 sérotypes (variétés) sur un total de…230! Vous avez bien lu, 230 variétés…

Les 4 sérotypes couverts par le vaccin:

  • Leptospira canicola
  • Leptospira grippotyphosa
  • Leptospira icterohaemorrhagiae
  • Leptospira pomona

Lors d’une étude, on a analysé les sérotypes que portaient les chiens infectés et ce sont ceux-ci:

  • Autumnalis
  • Grippotyphosa
  • Pomona
  • Bratislava

Vous voyez donc que sur les 4 sérotypes qui infectent généralement les chiens, seulement deux sont couverts par le vaccin.

Ajoutons à ça que l’immunité (protection) suite au vaccin est très courte (2 semaines à 8 mois) et que l’efficacité du vaccin est de moins de 70%. Ensuite, bien que le vaccin puisse protéger de l’infection pour l’animal, il n’empêchera pas de transmettre la maladie à d’autres…animaux ou humains, particulièrement si l’infection a lieu plus de 6 mois après la vaccination.

Finalement, une fois que le chien sera vacciné, le test sanguin (snap) du vétérinaire va toujours indiquer que le chien est porteur de la maladie. Le test ne fait pas de différence entre les anticorps du vaccin et la vraie maladie! Alors si jamais votre chien a les symptômes et qu’il a été vacciné pour la lepto, on ne pourra pas vous confirmer qu’il a la maladie ou s’il est simplement porteur du virus suite à la réception du vaccin dans le passé.

S’il y a UN vaccin que vous devriez NE PAS donner, c’est celui-ci! Donc si votre vétérinaire veut donner « DHLPP » à votre chien : arrêtez-le! Le « L », c’est pour Leptospirose!


Lyme:

La maladie de lyme est une infection bactérienne transmise par la tique à chevreuil et cause des symptômes dans seulement 5-10% des cas. Le principal symptôme sera une boiterie ou faiblesse dans une patte due à une inflammation de l’articulation. Pour que le chien devienne infecté, la tique doit avoir été sur lui pendant 2 à 3 jours. Par contre, c’est une autre maladie traitable avec des antibiotiques (généralement Doxycycline pour 4 semaines). Cependant, une fois infecté, le chien deviendra plus à risque de développer une maladie rénale. Il sera donc à surveiller sur ce point.

L’efficacité du vaccin est faible. Un traitement préventif pour les tiques (Revolution, K9 Advantix II ou Frontline) sera drôlement plus efficace que le vaccin pour protéger de la maladie de lyme.

Finalement, comme pour la leptospirose, une fois que le chien sera vacciné, le test sanguin du vétérinaire va toujours indiquer que le chien est porteur de la maladie. Le test ne fait pas de différence entre les anticorps du vaccin et la vraie maladie! Une raison de plus de rester loin de ce vaccin.


Corona

C’est une infection de l’intestin et si jamais votre chien en est atteint, c’est plus facile à traiter que de dealer avec les effets secondaires de ce vaccin. En fait, la grande majorité des chiens atteints ne développeront aucun symptôme. Bref, ce n’est aucunement dangereux. La transmission se fera généralement par contact avec un excrément infecté.

Se faire vacciner pour ça chez l’humain reviendrait à se faire vacciner pour une légère diarrhée (qui est le symptôme le plus courant de cette infection, lorsque symptôme il y a) ou un seul épisode de vomissement. La majorité des vétérinaires ne recommandent donc pas ce vaccin. En fait, même leur association américaine (AAHA) ne recommande plus ce vaccin depuis plus de 10 ans. Si votre vétérinaire veut donner un combo « DHLPPC », arrêtez-le. Le « C », c’est pour Corona.


Giardia:

C’est un parasite qui touche le système digestif. La majorité des infections par ce parasite ne causera aucun symptôme aux chiens et finira par passer dans les selles. Par contre, comme le parasite n’est pas présent dans toutes les selles lorsqu’infecté, c’est donc difficile à prouver (on doit alors prendre plusieurs échantillons). Pour compliquer encore plus l’affaire, plusieurs chiens sont porteurs sans avoir de symptômes. Donc en cas de test positif, est-ce parce que le chien en était déjà porteur ou bien parce qu’il vient d’attrape le parasite?

Pour contracter la Giardia, le chien doit boire de l’eau contaminée.


Le futur de la vaccination

Modification du calendrier de vaccination

Avec l’avancée des recherches, nous avons de plus en plus la confirmation que les vaccins protègent nos animaux pour plus longtemps qu’on le croyait. En plus, les tests de titrage devenant de plus en plus faciles feront qu’à la longue nous vaccinerons mieux nos animaux. Les vaccins seront donc mieux donnés et les vétérinaires adopteront (lentement mais surement) un calendrier plus adapté au bien-être de nos animaux. Par exemple : vaccination pour la maladie A la première année, la maladie B la 2e année, la maladie C la 3e année, etc…

Davantage de vaccins uniques

Ceci est mon plus grand souhait : que les cliniques (et les fabricants) rendent plus disponibles des vaccins uniques. Par exemple : un vaccin JUSTE de Distemper, un autre JUSTE de Parvovirus, etc…Ceci permettra de réduire les risques de réactions en plus de vacciner précisément et uniquement pour ce que l’animal a besoin. En plus simple : je ne veux plus voir de vaccins combos avec 4-5-6 vaccins dans la même seringue!

Nouvelles méthodes de vaccination

Avec les années, nous verrons apparaitre de nouvelles méthodes de vaccinations qui seront plus sûres que les injections. Par exemple, les vaccins oraux (pilule à avaler) sont déjà présents pour traiter les animaux sauvages contre la rage. Les vaccins intra-nasaux (à administrer par les narines) sont déjà présents pour les maladies des voies respiratoires comme la toux de chenil. Des vaccins à libération lente pourraient aussi être développés afin de continuer à stimuler le système immunitaire sur une longue période plutôt que lui donner un gros « boost » lors de l’injection qui diminuera par la suite avec le temps.

Des vaccins plus sûrs et améliorés

Les vaccins recombinants sont la voie du futur. Conçus avec une portion du gène du virus choisi pour produire de meilleurs anticorps, ils sont combinés avec un élément leur permettant d’atteindre plus facilement les cellules du corps. De plus, un vaccin recombinant ne peut PAS être anéanti par les anticorps maternels. Il va donc sans dire que lorsqu’il s’agit de vaccination des chiots, un vaccin recombinant est largement supérieurs aux autres types de vaccins. Finalement, un vaccin recombinant ne contient pas d’adjuvant qui rappelons-le, est ce qui cause la majorité des effets secondaires à long terme et réactions allergiques à court terme suivant la vaccination.

Au Québec, la compagnie Merial fabrique des vaccins recombinants et cette série s’appelle RECOMBITEK dans leur catalogue de produits. Demandez-le à votre vétérinaire. C’est un vaccin plus efficace (parce qu’il n’est pas affecté par les anticorps maternels) et sans adjuvant chimique comme tous les autres vaccins présents sur le marché.

C’est carrément la vaccination 2.0 (améliorée) : plus sure et plus efficace. Même si elle coûte plus chère, elle en vaut la peine!

Des vaccins pour de nouvelles maladies

La technologie recombinant permettra de vacciner pour de nouvelles maladies, comme par exemple le diabète, les parasites externes (puces, tiques, etc). Un vaccin pour un type de cancer (mélanomes) est d’ailleurs déjà sur le marché.

Un vaccin pour prévenir la parodontite (une maladie des gencives) a aussi été mis sur le marché par Pfizer en 2006, qui l’a par la suite discontinué en avril 2011 pour cause de manque d’efficacité. Malgré cela, nous pouvons tout de même nous réjouir que de nouveaux vaccins soient développés!

Conclusion

Dans les années qui viennent, espérons que les méthodes de vaccinations deviendront plus centrées sur le bien-être des animaux et moins sur les profits des vétérinaires. Pour y arriver, nous devons d’abord prendre conscience des dangers actuels de la vaccination comme elle est faite présentement. N’ayez pas peur de questionner votre vétérinaire (et même lui tenir tête) suite à la lecture de ce document ou de lui fournir les références qui suivent.

Nos animaux comptent sur NOUS!

Dog Vaccination

Bibliographie

Reviewing vital vaccinations – Dr. Richard Ford (2015)

Dr. Karen Becker interview Dr. Ronald Schultz (2011)

Saving lives with antibody testing – Dr. Ronald Schultz (2011)

Questions/réponses issues de cette conférence:

http://www.maddiesfund.org/Documents/Resource%20Library/Titer%20Testing%20Q%20and%20A.pdf

Stop the shots – John Clifton (2007), 102 pages.

Shock to the System – The facts about animal vaccination, pet food and how to keep your pet healthy – Catherine O’Driscoll (2005), 215 pages.

Scared poopless – The straight scoop on dog care – Jan Rasmusen (2014), 611 pages.

Pet immunization : far riskier than you might think, yet highly promoted by vets – Dr. Karen Becker

Revaccination and dogs – Dana Scott, éditrice en chef du magazine Dogs Naturally :

Articles sur le test de titrage :

http://www.dogsnaturallymagazine.com/titers-avoiding-over-vaccination-in-dogs/

http://www.dogsnaturallymagazine.com/the-simple-guide-to-titer-testing-dogs/

http://www.dogsnaturallymagazine.com/titer-testing/

http://www.dogs4dogs.com/blog/2008/10/22/titer-test/

Combination shots for dogs : weapons of over-vaccination – Jan Rasmusen

Vaccinating small dogs : risks vets aren’t revealing – Jan Rasmusen

Races les plus à risque de réactions

Étude sur les réactions aux vaccins pour les petites races de chiens

Clinical approaches to managing and treating adverse vaccine reactions – W. Jean Dodds, DMV

What everyone needs to know about canine vaccines – Dr. Ronald Schultz (2012)

Comparatif entre les différents vaccins – Dr. Foster et Dr. Smith

Vets on vaccines – par plusieurs vétérinaires, propos recueillis par Catherine O’Driscoll

Bordetella (toux de chenil)

http://www.dogsnaturallymagazine.com/bordatella-vaccination-dogs/

http://www.dogsnaturallymagazine.com/bordetella-does-your-dog-really-need-the-kennel-cough-vaccine/

http://www.peteducation.com/article.cfm?c=2+2096&aid=452

Influenza canine – American Veterinary Medical Association

https://www.avma.org/KB/Resources/Reference/Pages/Canine-Influenza-Backgrounder.aspx

Coronavirus – PetMD

Lyme – PetMD

Giardia – Dr. Foster et Dr. Smith

http://www.peteducation.com/article.cfm?c=2+2102&aid=739

Le futur de la vaccination – Dr. Foster et Dr. Smith

AAHA canine vaccination guideline explanations

What is a recombinant vaccine and how does it work? – Dr. Janet Tobiassen Crosby

Martin Letendre

289 comments

  • Bonjour Martin, j’habite à Pointe-Claire. Avez-vous trouvé une clinique vétérinaire qui accepte de faire un de ces tests de titrage à Montréal ou dans les environs de Montréal?

  • Beaucoup plus payant de faire faire des titrage annuel que les vaccins croyez moi ? !

    Les clients par contre voudrons pas payer pour ça et ne feront non seulement pas vacciné et pas titré.

    Après, ils vont chialer quand leur animal sera hospitalisé pour 2000$ ou plus atteint de la leptospirose ou d’insuffisance rénal causer par la maladie de lyme ou encore du parvovirus chez leur chiots et qu’ils devront payer malgré le possible décès de leur compagnon.

    bienvenue dans le vrai monde ou les gens pensent bien faire en vaccinant pas, mais qui feront pas plus les titrage qui sont bien plus cher !

    • La majorité de la population n’est pas prête à ça? Effectivement.

      Est-ce que c’est notre rôle de les éduquer pour les apporter là? Oui.

      Il faut miser sur ceux qui le feront pour offrir le service et petit à petit les mentalités changeront. Les autres continueront à vacciner. Il y a de la place pour les deux types de clientèle mais la première chose à faire pour les cliniques est d’offrir le service!

  • WOW! Excellent article! Je cherchait une réponse a savoir si je devais retourner pour le 2ime dose de leptospirose , recommender lors de la vaccination de base plus rage pour mon chien de 14 mois parce que celui-ci me chargeait une autre consultation en plus du vaccin 65$ donc le tout au complet 200$ ce que je trouvait rédicule . L’univers ma envoyer la réponse dans cette excellent article que j’ai lu au complet!
    On oublie la 2ieme dose! et les futurs vaccins inutile!
    Un grand Merci a vous Mr Letendre!

  • Moi je crois que les vaccins sont pas nécessaires. J’ai eu un chien pendant 15 ans et je n’ai jamais mis les pieds chez un vétérinaire alors gaspiller votre argent si vous voulez mais moi personne va me convaincre du contraire.

  • Bonjour !
    j’ai une suggestion d’articles pour vous..
    j’aimerais connaître votre avis sur les produits anti puce anti tique, vers du coeur….produits plein d’ insecticides …franchement j’hésite à donner ces produits à mon chien. ( exemple :bravecto, next guard..) Avez vous des alternatives naturelles à me suggérer ?
    Merci beaucoup !

  • Bonjour,
    Je suis étudiante en médecine vétérinaire et je suis très choquée de vous lire.
    Premièrement, les connaissances que j’ai aujourd’hui en matière de vaccination je les tiens d’un professeur qui enseigne la vaccinologie en plus de son travail de recherche (sur le covid entre autre). Il n’est pas rattaché à une quelconque industrie pharmaceutique et est qualifié pour traiter ce type de sujet complexe qu’est l’immunologie (impossible de comprendre la vaccinologie sans avoir de notions poussées en immunologie). Malheureusement, on ne peut prendre le temps d’enseigner l’immunologie aux gens afin de leur faire comprendre exactement comment fonctionne un vaccin et pourquoi certains vaccins sont administrés de telles façon plutôt qu’une autre. Le problème c’est que votre discours est ici jonché de raccourcis qui vous amènent à mal expliquer un grand nombre de faits.
    Deuxièmement, aujourd’hui, je sais que dans mon métier je ne roulerais pas sur l’or car c’est un fait. Nous avons des études extrêmement difficiles (nous sommes des médecins/des chirurgiens/des pharmaciens/des dentistes non pas pour une mais plusieurs espèces bien différentes) avec beaucoup de connaissances à accumuler et très peu de reconnaissances en définitives (les vétérinaires vont être amenés à vacciner des gens contre la covid sans avoir été vaccinés eux mêmes alors que pourtant cette maladie est une zoonose #les visons du Danemark). Les étudiants en vétérinaire sont pour 50% à risques de burn-out (avant la crise du covid… je vous laisse imaginer maintenant) car piégés entre leur volonté d’obtenir leur diplômes (car bien souvent nous sommes dans ces études car c’est le seul métier que nous avons toujours voulu faire par amour des animaux) et les limites de leur intellect à assimiler autant en si peu de temps (6 ou 7 ans de supérieur minimum avec concours très difficiles -plus que le PACES si on me demandait mon avis). Pour ceux qui réussiront, ils devront ensuite gagner leur croûte comme ils pourront face à des heures hebdomadaires de travail colossales, aux premières loges de la maltraitance, à devoir se limiter en soins pour correspondre au portefeuille de certains propriétaires. C’est seulement l’amour pour notre travail, notre besoin vitale de sauver le plus d’animaux possibles qui nous permet alors de tenir dans ces conditions. Malheureusement c’est également quelque chose qui se perd et aujourd’hui les taux de suicides font parties des plus élevés par professions (on a pas réussi à battre nos amis les agriculteurs mais on essaye de les rattraper…). Donc fasse à toute cette mise en contexte, est ce que vous pensez bien sincèrement que si les soins sont chers c’est parce qu’on veut s’enrichir? Non, c’est parce que les médicaments, le matériel, sont chers. Et là par contre oui, vous avez raison, les labos, EUX, s’enrichissent et n’ont pas toujours des ambitions aussi nobles que de sauver des vies animales. Le problème c’est que nous ne pouvons pas soigner les animaux de façon acceptable sans les labos. Nous avons besoin de soulager les douleurs (antalgiques), réduire les inflammations (anti-inflammatoires), éliminer des infections bactériennes (antibiotiques), obtenir un pourcentage de chance le plus élevé possible qu’un animal soit immunisé contre un pathogène très mortel qu’on ne sait pas soigner (les vaccins!!). Car oui, à la base un vaccin c’est fait pour sauver des vies. Et d’ailleurs c’est fait parfois plus pour sauver des vies humaines que pour sauver des animaux #la rage. Suffit de se replonger à l’époque où y’avait pas de vaccin pour se rendre compte que vouloir retourner à cette époque ce serait criminel.
    Donc s’il vous plaît, si vous avez un peu d’humanité et d’amour pour vos animaux, écoutez les gens qui se sont saignés à apprendre tout ce qu’il y a à voir dans ce domaine. N’écoutez pas non plus tous les vétérinaires car y’a des cons partout, mais écoutez ceux qui enseignent, les virologistes, les bactériologistes, etc. Ce sont eux les spécialistes parce que c’est ça qu’ils kiffent dans leur vie: c’est regarder par exemple comment un virus fonctionne et comment on peut le contrer pour pas qu’il infecte des gens. Les vétérinaires classiques ne sont que des généralistes et ont certaines bases: ils n’ont pas réponse à tout et peuvent parfois dirent des bêtises en confondant certains trucs parmi les milliards de trucs qu’ils ont du apprendre. Les seuls qui sont gages de sûreté dans ce domaine c’est ceux dont c’est la spécialité, et encore mieux s’ils enseignent à d’autres et s’ils font beaucoup de recherches récentes dans leur domaine.
    Je vais donner un exemple tout bête mais quand votre voiture a un soucis (je compare pas les animaux aux voitures ici c’est juste un exemple), vous allez bien voir un garagiste. Et si le garagiste vous dit qu’il faut changer telle pièce vous le croyez non? Vous vous dites pas qu’il n’en veut qu’à votre porte monnaie quand même? (oui ya des voleurs partout mais ça c’est juste des connards et faut aller voir quelqu’un d’autre). Toujours est t-il que vous allez à la rigueur râler sur la facture mais pas sur le fait que c’était bien cette pièce qui posait problème à votre voiture plutôt qu’une autre. Vous lui faites confiance parce que vous connaissez (comme moi) rien aux voitures et vous savez que lui il s’est cassé le derrière à tout connaître sur les voitures parce qu’il aime les voitures. Bah pour les vétés c’est pareil mais en encore plus compliqué car l’être humain connaît mieux comment fonctionne une voiture que comment fonctionne un organisme vivant ^^ (donc on a beaucoup plus d’inconnues, de traitements imparfaits, beaucoup moins de certitudes et donc il existe souvent différentes façons de prendre en charge une pathologie précise en fonction de ce qu’on va subjectivement choisir de prendre le plus en compte dans la balance bénéfices-risques).
    Conclusion: faites confiances aux vétérinaires, et si vous n’aimez pas le votre allez en voir un autre jusqu’à trouver la personne en qui vous aurez confiance car elle correspondra à vos attentes. Mais surtout, continuez de consulter des vétérinaires pour des questions médicales sur vos animaux et non des gens dont ce n’est pas le métier. Et si c’est vraiment important de bien comprendre tout sur les vaccins d’un point de vue factuel, alors (déjà force à vous ça va vous demander un moment ^^) renseignez vous auprès de vétérinaires spécialistes (allez voir du côté des écoles et des universités qui donne cours de vaccinologie vétérinaire par exemple).

    • Bonjour,

      Ma critique est principalement portée vers le système canadien, alors que je comprends que vous êtes en France. Cela dit, je suis d’accord avec la majorité de vos propos: les vétérinaires et technicien(nes) ont un travail clairement difficile et je connais bien les risques de détresse psychologique qui y est associée.

      Ce que je vise à illustrer est surtout que le milieu vétérinaire utilise à tord la vaccination pour apporter le client en clinique, alors que dans la majorité des cas l’animal n’a pas besoin de vaccins mais bien d’une évaluation de santé de routine. Le titrage devrait toujours être la norme AVANT de vacciner pour confirmer le besoin. De plus, il n’y a pas assez d’emphase mise sur les conséquences de la vaccination, spécialement chez les petites races puisque le médicament n’est pas ajusté au poids de l’animal. Avouons que c’est bien le seul médicament où un grand danois recevra la même dose qu’un chihuahua! Juste là, il y a quelque chose d’inquiétant spécialement après que des études aient prouvées la protection lors de l’utilisation de demi-doses chez les petites races.

      De plus, les vétérinaires, en n’étant pas spécialistes comme vous le dites, ne devraient pas se prononcer en matière de nutrition, domaine où leurs connaissances des différents modes de nutrition (croquettes, cru, fait maison, lyophilisé, déshydraté et séché à l’air) fait clairement défaut. Malheureusement, le sarrau blanc et le fait d’avoir un diplôme universitaire leur donne l’impression d’avoir la vérité dans ce domaine, alors qu’ils ont clairement très peu de connaissances pour la majorité.

      Si chacun avouait les limites de leurs connaissances, nos animaux seraient en meilleure santé. C’est pourtant là notre but commun…

      • Bonjour,
        Je suis agréablement surprise que vous ayez accepté de répondre à mon message. Je l’avais écrit sans trop d’espoir qu’il soit publié ni répondu. J’étais surtout critique vis à vis des nombreuses phrases qui accusent les vétérinaires de ne pas avoir à coeur de soigner les animaux mais uniquement de s’enrichir. Il était important de contrebalancer vos propos en apportant du contexte sur la vie que mène ces professionnels qui sont pour la majorité muent par une volonté de sauver et protéger nos amis à 4 pattes, et qui gagne modestement leur vie (en France et en Belgique) au prix de nombreuses heures de travail hebdomadaire.
        Le problème avec le titrage, c’est qu’il fournit une information sur l’immunité d’un individu à un instant T. Il faut donc régulièrement le refaire afin de vérifier qu’à T+1jour/mois/an, l’individu soit toujours protégé… Et lorsqu’adviendra le moment où le titrage montrera une immunité insuffisante pour la maladie visée, cela voudra dire qu’il y aura eu un laps de temps de la vie de l’animal où il n’était pas immunisé et, où il aurait pu contracter la maladie (et en mourir pour certaines, où bien la refiler à d’autres animaux fragiles qui eux en serait mort). Pour ma part, ce n’est pas acceptable que mon animal soit vulnérable envers une maladie vaccinable ne serait-ce qu’une journée. Je devrais donc à minima titrer tous les ans. Le problème c’est que comme vous l’avez dit, c’est cher un titrage, plus qu’un vaccin. Donc je préfère encore une vaccination annuelle plutôt qu’un titrage annuel pour le bien de mon porte monnaie (en attendant de connaître des données sur l’immunité longue durée que fournit chaque vaccin évaluées pour chaque type d’individus (jeunes/âgés/immunodéficients, etc)). Quand à la question du dosage en fonction de la taille de l’animal, il y aurait en effet quelque chose à creuser de ce côté, mais encore une fois, c’est le travail de la recherche et des labos dont les vétérinaires sont dépendants. Et faute de mieux, nous appliquons les posologies des RCP ou bien celles des guidelines de vaccination formulées par des associations reconnues (constituées d’un comité d’experts reconnus dans le domaine et indépendants des firmes pharmaceutiques).
        Au sujet de la nutrition, dont je n’ai par ailleurs pas parlé dans mon commentaire précédent (à vrai dire je n’ai pas lu vos articles sur le sujet). Comme je le disais, nous sommes des généralistes, nous connaissons les bases. Cela vaut aussi pour le domaine de la nutrition où nous sommes formés de loooongues heures avec plusieurs cours différents au fil des années. Les enseignants qui nous forment sont des spécialistes: des vétérinaires nutritionnistes. Et oui, ça existe. Nos cours nous apprennent à équilibrer des rations ménagères (=”fait maison”), nous font travailler sur le BARF à partir d’articles scientifiques sur le sujet (connaissez vous l’impact sur le microbiote des propriétaires qu’a une telle alimentation pour le chien de la famille? Connaissez vous les risques zoonotiques que cela représente pour les personnes fragiles membre de ces familles nourrissant leurs animaux au BARF?), nous apprennent à critiquer les étiquettes des croquettes, l’intérêt d’une alimentation humide pour les chats, etc. Donc, oui, nous avons les bases, et si nous ne nous sentons pas compétents pour établir la ration d’un animal, nous référons à nos collègues spécialistes (les vétérinaires nutritionnistes) qui en connaissent encore plus sur le sujet que nous. Comme nous l’aurions fait pour n’importe quel autre spécialité finalement 🙂

        • Je suis heureux de voir que vos formations en nutrition sont supérieures (plus diversifiées) en Europe qu’en Amérique. Ici malheureusement seulement la croquette est abordée, jamais le BARF ou la ration ménagère. Bravo pour vous.

          Pour ce qui est du titrage d’anticorps, votre commentaire (titrage + 1 jour) ne semble pas tenir compte de l’action des cellules immunitaires mémoire, qui placées devant le pathogènes, vont se mettre à créer de la protection. C’est un phénomène que Ronald Schultz (plus grand expert en vaccination animale) a beaucoup travaillé.

          Bref, votre milieu n’est pas parfait et le pharmaceutique occupe une trop grande place selon moi, mais vous faites preuve d’un dévouement que je respecte énormément de pratiquer ce métier. Tout ça sans oublier que le client aussi a son bout de chemin à faire et d’arrêter de chercher un prix et de plutôt viser une qualité de soins.

          J’en ai beaucoup plus contre le marché et l’industrie que contre les vétérinaires eux-mêmes!

          Au plaisir et merci de contrebalancer mes propos.

  • J’ai toujours considéré la vaccination annuelle inutile et coûteuse. Mes chats ont leurs vaccins de base et ils se portent très bien ( ne vont pas dehors sans harnais ). Notre Yorkshire a 14 ans et pète le feu et ne se fait pas vacciner non plus depuis très longtemps. Le problème c’est qu’avec mon Boxer, j’ai besoin de la faire garder dans des chenils et ceux-ci exigent les vaccins à jour, du moins pour la toux de chenil.

  • Et bien je suis contente de vous lire.
    J ai pris la décision de ne plus faire vacciner mes 2 loulous de 9 et 8 ans qui on eu leur vaccin chaque année.
    Merci

  • Bonjour,

    Est-ce que votre article s’applique également, globalement, aux chats ? Sinon, vous en auriez un à me conseiller ?
    Au niveau des titrages que vous recommandez, il s’agit de les commander puis de les donner à son véto local c’est ça ? Je ne pensais pas qu’on pouvait commander ça librement.

    • Oui les mêmes concepts s’appliquent aux chats en général.

      Les titrages peuvent être faits en clinique vétérinaire mais souvent le coût est élevé. L’autre option est de faire faire la prise de sang par votre vétérinaire et ensuite d’envoyer vous-même le sang à un labo qui fait des tests, comme https://www.protectthepets.com/

  • Merci pour votre article, très bien expliqué et très intéressant!
    Mes deux précédents chiens: 1er; 18ans labrador et 2e; dalmatien 15ans ont été vacciné au 2ans jusqu’à l’âge de 10ans et après j’ai tout arrêté la vaccination! Ils sont décédés de vieillesse. Et celui que j’ai présentement un labrador de 16 ans seulement mal aux jambes de derrière et j’ai fait la même chose que mes deux précédents. Vaccination au deux ans et 9ans arrêt complet!
    Et là je vais accueillir bientôt un nouveau chien de 2 mois chez moi
    d’ici qq semaines!
    Est-ce qu’il peut y avoir un impact côté santé avec mon chien de 16ans et le chiot?
    J’aimerais bien faire la vaccination de base jusqu’à 18-20 semaines et par la suite faire le test d’ immunisation et si tout est ok! Arrêt de vaccination!
    Qu’est ce que vous en pensez?
    Merci à l’avance

  • Mon précédent a été vacciné les 4 premières années puis j’ai arrêté considérant qu’un vaccin déclenche une immunisation et je ne voyais pas pourquoi elle ne serait pas valable à vie. Ma chienne a vécu ses 15 ans sans problème et nous avons un comportement prudent avec nos animaux. J’ai maintenant un Terrier Jack Russel de deux ans, ses vaccins m’ont coûté une blinde et je me suis reposé la question de son immunisation. Avec le dossier de la Covid-19 nous n’avons plus confiance ni dans les autorités ni dans les labos. Vous devinez pourquoi. Merci pour votre article, très intéressant, sérieux et qui me conforte dans l’idée que je me fais de la vaccination animale.

  • J’aurais tant aimé lire votre article avant de commencer à vacciner mes animaux. Depuis quelques années, je me questionne sur le fait de continuer ou pas. Un appel du vétérinaire aujourd’hui pour le rappel annuel de vaccins pour mes chats m’a fait me requestionner et je suis tombée sur votre article. C’est décidé, il n’y aura plus de rappels annuels de vaccins pour mes chats et chiens; c’est terminé. Ça me désole d’avoir fait vacciner mes animaux par le passé… Merci de m’avoir convaincu 🙂

  • Merci beaucoup pour votre article. Par contre j ai une grand inquiétude au sujet de la lepto , je vis en campagne et il y a beaucoup de mouffette raton laveur qui vienne sur mon terrain , j aimerais savoir est ce que mes chiens sont a risque de l’attrapé ? Je ne veut pas être obligé de leur données . Pouvez vous m’aidé . Merci

  • Merci mille fois pour cet article détaillé et bien argumenté. J’avais déjà décidé de diminuer la fréquence des vaccinations au 4 ans.
    Tres heureuse d’aprendre l’existence des tests Vaccicheck et TiterCheck. Plus on en parle, plus il y a de chance que les verterinares les garde en stock et les propose aux clients au lieu de vacciner aveuglément nos animaux
    J’ai une question:
    Une fois que les premiers vaccins de bases ont été donnés, est-il vraiment nécessaire de faire un rappel exactement 1 mois plus tard (considérant que l’animal (un chat) a reçu les dit vaccins alors qu’il avait 4 ou 5 mois)..?
    Mon vet me dit que, comme mon chat n’a pas reçu les vaccins de rappel 1 mois après sa 1ère séance de vaccination (en juin dernier), il faut le recommencer le processus au complet…
    (i.e.: lui redonner les vaccins de bases et revenir 4 semaines plus tard pour le rappel….)

    • Les vaccins de chiots sont en lien avec l’âge et non en lien avec le nombre de vaccins total que l’animal doit recevoir. Le “il faut recommencer au complet” ne fait pas de sens…si l’animal a sa dernière dose passé 16 semaines, alors tout est bon. Inutile d’ajouter des doses après cet âge car les anticorps de la mère ne sont assurément plus présents.

  • Merci pour ce long exposé qui m’a ouvert les yeux. J’ai 4 gros chiens et je viens de prendre la décision de ne plus les faire vacciner.

  • Bonjour, je suis étudiante en médecine vétérinaire et je ne peux vous cacher que votre article m’a légèrement irrité. J’ai d’abord voulu répondre, mais…. par ou commencer? Heureusement, je suis tombé sur un article qui résume bien ma pensée. C’est un article écrit par un pharmacien pour humain.

    https://lepharmachien.com/pour-contre-vaccination/

    Bonne lecture!

    • Bonjour Valérie, en fait, je ne suis pas contre la vaccination…mais bien contre la survaccination que fait le milieu vétérinaire. La vaccination est une défaite pour ramener le client en clinique afin de revoir l’animal. Les clients ont par contre leur bout à faire: ils doivent se rendre chez le vétérinaire pour des examens annuels. Mais de faire passer ça sur le dos de “votre animal n’est plus protégé par ses vaccins”, là c’est faux et malhonnête.

      Alors qu’il existe des tests de titrage, il ne fait aucun sens d’une point de vue immunologique de revacciner un chien qui est encore protégé. Tout ça, sans parler qu’il existe de nos jours des vaccins sans adjuvants mais que toutes les cliniques continuent de travailler comme si elles étaient encore dans les années 70. Comme le vaccin de IMRAB-3TF qui ne contient pas de thimérosal et est aussi efficace…mais les cliniques tiennent presque tous le IMRAB-3 (régulier). C’est dans ce sens que je dis que le milieu vétérinaire doit s’améliorer et se mettre à jour.

      La vaccination est importante et primordiale. La survaccination est dangereuse.

      • bonjour M. Letendre. je répond tardivement au message mais c’est que je viens de découvrir votre site grâce à une employée d’animalerie. Je ne peux que la remercier infiniment car très instructif vos rubriques. Eh oui, je suis plus porter vers vos arguments très clair que ceux de trop de vet. Vous vulgarisez super bien vos sujets pour bien éclairer les gens. Au sujet de la vaccination, oui c’est exagéré et après lecture, mes animaux (chien et chat) seront vacciner que pour l’essentiel pour leur bonne santé. Merci, et continuer votre SUPER travail.

    • La vaccination Mme Valérie est bien, mais la sur-vaccination comme M. Letendre explique est exagéré et suis en accord avec lui. Vous envoyez vers un article d’un pharmacien pour humain pour connaitre l’avis sur la vaccination d’animaux, je suis bien d’accord car c’est pas mal la même chose. Mon interrogation est pourquoi certain vet ne font pas pareil quand il est question de médication et envoyer le client vers un pharmacien d’humain pour certain médicament qui serait bon pour soigner nos animaux. Si le médicament est sécuritaire pour l’animal, pourquoi veulent-ils qu’il soit acheter chez le vet au lieu de la pharmacie ? Comme dirait M. Letendre, a cause de la perte monétaire du vet ? Pourquoi 2 vétérinaires sur au moins 10 que je connu, on donner l’alternative du pharmacien pour économiser sur les médicaments quand cela est possible. Et on devrait avoir une entière confiance en tout ce que dit les vétérinaires. Quand on a tant a coeur le bien-être des animaux, on donne toute les infos et alternative pour que l’animal vive heureux et en santé.

    • Oui c’est sûr Valérie, d’abord vous faites des études de vétérinaires pour l’amour et le bien être des animaux, et puis ensuite, très vite, vous réalisez à quel point ces études achevées et validées apporteront comme bien être à votre porte monnaie par le biais de la vaccination. Alors c’est certain que se dire que si les gens commencent à ne plus faire vacciner leurs animaux de compagnie histoire de préserver la santé de leurs porte monnaies à eux, qui je vous le rappel ne leur fait aucun bien, contrairement aux vétos qui font un x10 grâce aux piquouses, et aux la labos qui font un x1000 grâce aux vétos, et aussi qui pensent que la santé de leur animaux ne passent pas obligatoirement par la vaccination.

  • Merci pour cet article très complet….. Comme beaucoup je faisais confiance aux vétérinaires jusqu’en Sept. 2019, ou ma petite York de 2 ans a fait un choc anaphylactique au moment du rappel de vaccination. Elle a commencé a être mal à peine 5mn après l’injection, rien n’a été possible pour la sauver.
    Il m’a fallu ce choc pour faire quelques recherches sur internet, et réaliser pleinement la dangerosité des vaccins, principalement par des mises en garde/recomandations de vétérinaires “étrangers”…. Je n’ ai trouvé qu’UN vétérinaire français qui ose en parler sur son site !! Ça me mets en colère…. Par contre, je ne sais pas si ici en France le test sanguin est pratiqué, mais j’avais vu sur le net parler du test Vaccichek (et d’un autre dont je ne me souviens plus du nom, différent de celui que vous citez)…. Encore faut-il que le vétérinaire accepte, et ça, bah ce n’est pas gagné…. En tous cas, pour moi il n’est plus question d’une vaccination annuelle maintenant…. Terminé.
    Encore merci beaucoup pour cet article très complet….

  • Bonjour
    Merci pour votre article qui fait réfléchir. Cependant, pourriez-vous préciser par exemple pour la leptospirose :
    – qu’il N’existe pas de test sérologique pour montrer une protection de l’animal suite à la vaccination,
    – que c’est une zoonose , donc transmissible à l’homme et potentiellement mortelle.
    – que de toutes les maladies évoquées ici, la lepto et parvo sont de loin les maladies les plus répandues, et donc présentent un intérêt majeur à la vaccination. En France il doit y avoir un cas d’hepatite de Rubarth ( pourtant dans tous les vaccins core) tous les 2 ans, pour environ 5000 cas de leptospirose.
    – que les 4 serovars du vaccins protègent pour toutes les souches de leur groupe et que seuls 6 groupes sont présents chez le chiens. Ainsi effectivement 230 serovars existent mais les vaccins protègent contre environ 90% des cas de lepto.
    – j’en oublie mais simplement pour vous dire que le vaccin lepto est de loin le plus indispensable , alors de grâce ne commettez pas l’erreur d’une Information parcellaire , la vaccination raisonnée existe , il ne s’agit pas de vacciner à tout prix ni d’etre Anti vaccins, et pour la lepto la balance bénéfice risques est clairement en faveur du vaccin.

    • Bonjour,

      Je ne partage aucunement votre position. C’est le pire vaccin à donner à un chien et il devrait être donné que dans certains cas très rares. Le milieu vétérinaire est définitivement trop porté à donner ce vaccin qui cause bien plus de tort que de bien.

      L’immunité qu’il apport est extrêmement courte et les réactions sont énormes et intenses.

      Je vous invite à lire cet article sur le sujet, et les études qui y sont citées:

      https://www.dogsnaturallymagazine.com/lepto-dogs-risk/

  • merci de vos renseignements de vaccination intéressant moi meme je ne crois pas tout ce que les vets nous racconte et surtout concernant leur nourriture

  • Merci pour cette recherche exhaustive qui me donnera plus d’arguments… moi qui a refusé les vaccins à mes enfants qui sont maintenant adultes en pleine santé et n’ont jamais été malades étant jeunes.
    L’été dernier, j’’ai été obligée de faire vacciner ma chienne avec beaucoup de regrets parce que j’avais besoin de la faire garder et je n’avais le choix que d’une pension qui exigeait certains vaccins. De plus, je voulais amener mon chien en vacances aux États-Unis et il me fallait également une attestation de vaccins. Je le regrette encore.
    Bref, je vais lui faire faire le test sanguin dont j’ignorais l’existence. Et je vais laisser tomber les vacances aux USA avec mon chien; on a tellement de beaux coins au Québec!
    Pour les tiques, je refuse d’injecter des pesticides dans le sang de mon chien au cas où ! Je vais régulièrement en forêt et je secoue mon chien après chaque excursion. Une fois, elle en a eu une (elle n’était pas avec moi cette fois-là). Après avoir retiré la tique, j’ai appliqué de l’argile sur la plaie et j’ai donné pendant cinq jours du charbon-activité. Ma chienne est en pleine forme et en santé.
    Merci d’avoir partagé votre recherche pour le bien de tous nos compagnons canins!

  • Hello, je ne suis pas d’accord avec tout : vous faites voir les vétos comme des personnes voulant toujours plus d’argent alors qu’eux sont de base dans le métier ( pour la plupart des vetos) pour soigner et aider nos animaux : il y en a certains qui ne font ça que pour l’argent je vous l’accorde mais je pense néanmoins que la plupart aiment réellement ces petites bêtes. Pensez-vous qu’ils se sont tous dit quand ils etaient enfant “wahou je vais etre vétérinaire, me faire plein de thunes et detruire la santé de pleins d’animaux !” Bien sur j’exagere mais je pense que dans le fond, il y a une part de vérité. Mais quand ils ont commencé leurs études, ils ne savaient pas forcement que les vaccins etaient nocif pour la santé des animaux. Pour eux c’est un geste normal de vacciner.

    j’aimerais beaucoup que l’un d’entre vous me réponde afin d’avoir son avis même si j’ai déjà lu beaucoup de commentaires.
    Bravo quand meme pour ces recherches approfondies, c’etait tres intéressant.

    • Je vous l’accorde, j’en ai beaucoup plus contre leur industrie et la façon qu’ils sont éduqués que contre les individus. Il font ce métier pour aider les animaux…mais se retrouvent au centre de nombreux conflits d’intérêts car il agissent en même temps comme médecin, pharmacien, chirurgien, nutritionniste, épicier, etc…

  • Bonjour
    Mon tervueeren a 12 ans , je ne l’ai plus fait vacciner depuis 2016 et il se porte comme un charme hormis sa kératite et un peu d’arthrose
    Qu’en est il pour les chats?
    Merci beaucoup article très interessant

  • Vu plusieurs articles de ce genre et je réfléchis depuis un moment sur le sujet… Mon chien cette année a très mal réagis à la vaccination… Mal pendant 4jours ! Forcément comme dis dans l’article c’est un spitz de 4kg et aucun dosage je m’étais fait la réflexion… Bref tout les vétérinaires devraient lire cet article !! Merci

  • Bonjour,
    Après beaucoup de recherches et de lectures, je ne veux plus vacciner systématiquement mes chiennes. Une de mes anciennes chiennes a déclaré une pancréatite doublée d’une hépatite à 15 ans dans les jours qui ont suivis la vaccination, donc depuis j’ai étudié beaucoup.
    Mon véto actuel est okay avec moi et fait le vaccicheck.
    Ma petite levrette a eu ses deux vaccins de bébé et l’an d’après a été testée immunisée +++, donc pas de vaccin.
    Ma whippet a eu ses deux vaccins de bébé + celui de la première année. La seconde année j’ai fait le test et est est immunisée pour la Parvo, mais faiblement pour la maladie de Carré et l’hépatite de Rubarth. Je viens de refaire ce matin un vaccicheck et c’est pareil, même un peu plus faible.
    Dans l’intervalle j’avais donné des nosodes.
    Donc avec mon véto on a décidé de lui donner des compléments pour booster son immunité, de reprendre un protocole de nosodes, et de voir…
    Malgré tout j’ai un peu peur car bien que rare, la maladie de Carré existe encore. La Rubarth n’existe plus d’après mon véto. Et pour la Parvo elle a une immunité. D’autre part si elle est restée avec une faible immunité malgré les trois vaccinations faites c’est peut-être qu’elle ne répond pas aux vaccins, alors répondra t-elle si on en refait un pour la M de Carré? Y a t-il un risque à faire ce vaccin? Y a t-il un risque plus gros à ne pas le faire? Je suis très stressée par cela. Avez-vous une idée là-dessus? Avec toute ma gratitude.

    • Votre cheminement est excellent et la remise en question est saine. Par contre, la vaccination est une décision personnelle.

      Mon article est là pour vous informer, mais le but n’est pas que je vous dise quoi faire. De plus, le mode de vie de chaque chien se doit d’être pris en compte dans la décision.

  • Bonjour, merci pour ces infos mais êtes vous bien sûr de ceci?
    J’ai vacciné mon chien pour la dernière fois en 2014, aujourd’hui il à 11 ans et je me posais la question s’il fallait peut-être que je le revaccine au moins une fois.
    J’hésite vraiment !!!
    Qu’en pensez vous?

    • Tout dépend du mode de vie du chien et de son exposition au “risques”…mais vous faites très bien de vous poser la question. À cet âge, il y a souvent plus de risques que de bénéfices.

  • Merci pour cet article vraiment intéressant, pas aveuglément contre les vaccins, mais contre la survaccination et étayé par des études scientifiques. Il m’intéresse d’autant plus que mon vétérinaire (en France) vient de m’apprendre que la rage serait désormais valable 3 ans et les autres vaccins (ceux que vous appelez Core vaccins) 2 ans, seule la leptospirose restant annuelle. J’avoue que je n’arrive pas à me décider par rapport à celle-ci car mes chiens se promènent bcp dans les bois et boivent bcp dans les petits ruisseaux. Par contre, l’excipient pour le vaccin Canigen L4 de Virbac n’est pas parmi ceux que vous citez mais le Thiomersal , et après recherche l’OMS le considère innofensif chez les enfants (https://www.who.int/vaccine_safety/committee/topics/thiomersal/questions/en/). Qu’en pensez-vous ?

    • Personnellement le vaccin de lepto est clairement celui que j’épargnerai toujours à mon chien. Ce vaccin est peu efficace, mal conçu et provoque beaucoup d’effets secondaires. Par contre étant donné votre mode de vie, je comprends votre dilemme.

  • Laissez vos chiens choper une Lepto on se fera encore’ plus d’argent à les hospitaliser. Et après on ose accuser l’élevage De ne pas respecter le bien être animal. Sachez que vos vétérinaires peuvent vous expliquer l’intérêt et la protection apporté par chaque vaccin il suffit de demander pour info.

    • Un professionnel de la santé ne devrait pas à se faire demander pour donner toute l’info nécessaire à une prise de décision. Il devrait être de son DEVOIR de donner l’info (la belle et la moins belle) pour qu’ensuite le patient prenne une décision éclairée.

      Il est grand temps que les vétérinaires arrêtent de propager la mentalité qu’il n’y a que du bon à la vaccination.

      • bonjour je viens de découvrir votre article qui m intéresse . Ma question est la suivante . je viens de faire euthanasier un de mes chiens suite a une grosse anémie que les vétérinaires ne sont pas arrivés à en trouver la cause .pourtant il était en forme avec vaccin annuel bonne alimentation est tout ce que je pensais le mieux pour lui. il me reste 3 chiens de chasse qui ont leur vaccin qui arrive a échéance dois je du coup les faire vaccinés en sachant qu ils ne vont pas à la chasse est qu ils vivent en liberté dans un grand jardin en campagne ou vis aussi des souris des taupes des oiseaux …qu ils essaient de chasser ? par avance merci pour vos conseils

  • Bonjour,
    Un grand merci pour vos précieuses recherches dans l’intérêt de nos petits compagnons. Votre article, entr’autres publications, m’a confortée dans mes certitudes sur la nocivité de la survaccination
    Cependant…
    Après des années de vaccination aveugle au rythme desquelles j’avais cru protéger efficacement mes loulous successifs, j’ai enfin pris en 2016 la délicate décision d’observer un délai de 3 ans avant rappels CHPPi et d’éviter L en raison de l’adjuvant
    Mal m’en a pris ! Ma dobermann de 7 ans…a déclaré une leptospirose en Août 2018 et nous avons failli la perdre ! Elle a été sauvée in extremis et personne n’a été contaminé – j’ai béni le ciel d’avoir fait pratiqué auparavant à un mois d’intervale en Juillet et Août 2018 le rappel de ces vaccins à notre autre Doberman de 2 ans en provenance d’Espagne adopté en 2017
    Il s’avère que nous avons une propriété en lisière de forêt propice à la visite des animaux nocturnes et que ce paramètre méritait d’être pris en considération plus sérieusement. J’ai reconsidéré ma position pour le vaccin L tout au moins pour notre dobby mâle, notre femelle n’étant pas vraiment apte à supporter une injection
    Faire part de cette expérience qui a failli être fatale à ma dobby aidera peut être aux décisions d’autrui

  • Bonjour, un grand merci pour votre étude très documentée, mon petit yorkshire Arsène a 14 ans et depuis peu un examen a révélé un cancer de la prostate, mais juste à la période de renouvellement de vaccins. Je viens de prendre ma décision en lisant votre article: je ne vais pas lui faire le rappel car cela risque de le fatiguer et il vivra ce qu’il vivra, de toute façon….
    Mais cela me semblait bizarre aussi , ces rappels annuels, car j’avais fait un test d’immunité pour moi, pour l’hépatite B et j’étais encore immunisée bien après le délai. Je pense que vous avez raison mais tout comme pour les humains, ce n’est qu’un business . Merci encore

  • Article super intéressant. Par chance que nous avons des gens comme vous pour nous informer sur toutes les pratiques veterinaires grandement questionnables. J’aimerais voir vos commentaires sur le symparica qui est recommandé pour les tiques. J’ai une goldenretreiver et je suis hésitante à lui donner compte tenu des effets secondaires. Merci de m’informer.
    Louise

  • Tout à fait d’accord, merci d’être quelqu’un qui pense et fait de vrais choix, EN S’ÉTANT RENSEIGNÉ VRAIMENT, ne pas croire tout ce que l’on nous dit, PENSEZ PAR VOUS MÊME !
    MERCI !

  • Merci beaucoup pour cet article que je lis en retard simplement parce que cette année mon mari a décidé de ne pas vacciner nos deux magnifiques chiennes et je pensais qu’il faisait erreur !!
    Je m’inquiétais aussi d’une éventuelle transmission à l’homme de maladies parce que nous avons une petite fille…mais en fait si je comprends bien comme nos chiennes ont été vaccinées chaque année dès leur naissance à aujourd’hui année de leur 8 ans, elles devraient être protégées et trop de vaccins nuit à leur santé ! Quelle mésinformation de la part de professionnels en qui nous donnons notre confiance !
    Je me permets d’ajouter qu’une de nos chiennes faisaient des “otites chroniques” soit-disant dues à un problème de thyroide….traitement antibiotique tous les mois et….anti dépresseurs…tout ça bien sûr avait un prix ! Je ne reconnaissais plus ma chienne qui développait un comportement paranoiaque etc…lorsqu’elle était sous traitement !
    Mon mari, qui aime décidément ses chiennes encore plus que moi, a décidé de changer leur alimentation pensant à une allergie alimentaire : croquettes sans céréales etc (un peu plus chères mais beaucoup moins que le traitement prescrit)…Les “otites chroniques” de notre chienne ont fini par complètement…disparaître et elle a retrouvé sa joie de vivre !
    Je n’ai pas encore parcouru tout votre site mais je vais le faire car, autre question que je me pose puisque l’on parle d’un appât de gain de certains vétérinaires : la stérilisation…mon mari se fâchait à chaque vaccination car on le poussait à faire stériliser les filles ce qu’il a toujours refusé.
    Merci encore Monsieur Letendre pour ces précieuses informations, qui peuvent aider nos chers compagnons et éviter des scènes de ménage 🙂

  • bonjour, votre article est très interessant cependant dois je en tenir compte pour ce qui de mes chats et lapins ?

  • Merci pour votre article !!! je l’ai de suite partagé !!! j’avais eu des échos !!! mais là, j’hallucine !!!! j’ai 5 chiennes et du coup, je vais bien me renseigner pour le test !! tenez-moi au courant, encore MERCI !!! et très beau week-end !!!!

  • Hah, je vis en France… La vaccination Humaine est déjà obligatoire sans controle pour savoir si on est encore immunisé ou non par nos précédents vaccins. Et on a que des vaccins en combo en plus. Je vois déjà la tête de mon vétérinaire quand je vais aller le voir pour lui demander de tester mon chat avant de le vacciner! Tout les ans, ça me semblait déjà aberrant mais c’est super en tout cas d’avoir tout cet argumentaire avec des références pointues, merci!

  • Bonjour,

    Déjà persuadée que trop de vaccins tue le vaccin !!! je ne vaccine ma chienne que tous les 3 ans et seulement CHPL et dernièrement PL mais je vais faire supprimer le L comme indiqué ici.
    J’avais lu qu’aux USA c’était tous les 10 ans (sans doute faux) mais en France c’est tous les ans. Mon véto vaccine son propre chien tous les 2 ans ! Moi je pousse à 3 ans. Et la loi ne favorise pas cet écart. Si bien qu’il est difficile d’emmener son chien en vacances car on nous demande les vaccins à jour. Bah tant pis, j’ai réussi à passer au travers jusqu’ici !
    Cet article me conforte dans mes décisions.
    Merci pour tout ce travail de recherche.

Catégories

Abonnement